Les APE

Depuis septembre 2010, le RASED s’est transformé en réseau A.S.H. (Adaptation scolaire et Scolarisation des élèves Handicapés).
Les élèves sont aidés par les enseignants de plusieurs manières. La prise en charge se fait d’abord à l’intérieur de la classe par l’enseignant lui-même dans le cadre de la différenciation pédagogique.
Depuis septembre 2009, avec l’introduction de l’aide personnalisée, les enseignants apportent de l’aide aux élèves de leur classe en dehors des heures dédiées à la mise en place du programme.

Les modalités de mise en œuvre de l’aide personnalisée :   

-    les groupes sont constitués à partir d’évaluations diagnostiques (prise en compte également des évaluations nationales),
-    les activités visent en priorité le désir d’apprendre,
-    la BCD est exploitée tant comme lieu que comme ressource,
-    un bilan des actions conduites est effectué avec l’élève et le plus souvent ses parents.

En maternelle l’accent est mis, naturellement, sur le vocabulaire, la conscience phonologique et le dénombrement. Au cycle 2, ce sont les composants de base de l’accès à la lecture que sont la compréhension et la reconnaissance des mots ainsi que la numération (compréhension et maîtrise du système décimal). Au cycle 3, l’aide en compréhension de lecture se poursuit sur des textes plus complexes. De même, la numération et la compréhension du système décimal sont privilégiés mais aussi les stratégies de résolution de problèmes.
Par ailleurs, des ateliers, en petits groupes, sont organisés afin de développer l’autonomie des enfants et leur gestion du matériel.
A noter qu’à Claude Bernard certains enseignants de cours moyens font appel au tutorat en invitant des élèves ne présentant pas de grosses lacunes académiques à venir aider leurs camarades plus en difficulté.

Après maintenant plus de deux années de fonctionnement, quel bilan d’étape peut-on poser ?

Parmi les aspects positifs, tous les enseignants notent un approfondissement du travail d’équipe, une meilleure dynamique dans les cycles, des échanges de pratiques plus riches ainsi que la mise en place de projets communs.
Les bienfaits académiques sont plus contrastés. Si des progrès sensibles ont été notés dans tout ce qui est d’ordre mécanique, les efforts déployés dans ce qui touche à la compréhension semblent généralement beaucoup moins efficaces.
Parmi les points encourageants, signalons l’envie, le plaisir quasi général des élèves pour participer à ces aides. Pas de stigmatisation, pas de rejet mais une demande à être invité à ces ateliers autant pour progresser que pour bénéficier d’une relation différente, plus personnalisée grâce au petit groupe, avec l’enseignant.
La prise en compte des difficultés de chaque élève, l’individualisation donne de meilleurs résultats.